Projet d'accusations de sorcellerie

Suite au lynchage public d'une femme de 90 ans, Madame Akua Denteh, dans la région des Savanes le 23 juillet 2020, et au bannissement de plusieurs femmes dans des camps dits de sorcières dans les régions du Nord et du Nord-Est. , L'Institut Sanneh a lancé un projet pour résoudre ce problème. Notre objectif ultime est la fermeture de ces camps et la réintégration réussie des victimes dans leurs communautés. Ce projet est structuré en trois phases :

  • Législation: En réponse directe à la pétition de TSI au Parlement, un projet de loi a été présenté au Parlement pour criminaliser les accusations de sorcellerie et la chasse aux sorcières au Ghana. Le 27 juillet 2023, après trois années de plaidoyer acharné, le projet de loi a été adopté au Parlement. TSI a travaillé en étroite collaboration avec trois parlementaires parrains du projet de loi et avec le Bureau du genre et du développement du Bureau du Président de la République du Ghana pour veiller à l'adoption du projet de loi. Nous attendons que le Président de la République du Ghana approuve le projet de loi. Cliquez sur ici pour lire un communiqué de presse de la Coalition contre les accusations de sorcellerie (CAWA) sur l'adoption du projet de loi.

  • Éducation: TSI entreprend de sensibiliser le public sur les effets néfastes des accusations de sorcellerie. Depuis le début de la campagne, nous avons eu plusieurs entretiens et organisé des séminaires pour les chefs religieux et le grand public, ainsi que publié des articles dans les médias locaux à cet effet. Pour la liste des interviews, séminaires et publications, veuillez cliquer sur ici. Des travaux sont également en cours pour mandater des experts chargés de produire des manuels pédagogiques sur la sorcellerie du point de vue chrétien et islamique. Ceux-ci seront utilisés pour l’éducation dans les écoles, les églises et les mosquées.

  • Réintégration: TSI utilise les informations recueillies lors de ses recherches pour faire pression sur les dirigeants traditionnels et les ministères et agences gouvernementaux concernés en faveur de la réintégration des victimes bannies dans les camps de sorcières présumés des régions du nord et du nord-est du Ghana. En 2021, TSI a réussi à réintégrer un certain nombre de victimes du camp de Kpatinga dans les communautés de leur choix. Nous facilitons également l'aide humanitaire aux camps.